INFO Actu-fil.com. L’Algérie attire peu les investisseurs étrangers. C’est ce qui ressort du bilan d’investissement durant l’année 2018 élaboré par l’Agence national de développement des investissements (Andi) dont Actu-fil.com détient une copie.

Selon le document, « l’Andi a enregistré 20 projets d’investissement impliquant des étrangers durant l’année 2018 ». Les IDE représentent 9% seulement du montant total d’investissements avec 146 milliards de dinars et 7% du nombre d’emplois déclarés avec 9 654 emplois ».

Ces investissements ont été sélectionnés et encouragés par l’Etat « compte tenu de leur cohérence et harmonie avec la politique de développement décidés par les autorités publiques », précise le rapport.

Les investissements sont concentrés principalement dans l’industrie à hauteur de 90% du nombre total de projets, « soit 18 projets, 89% de leur valeur globale, soit 130 milliards de dinars et 75% du nombre d’emplois, soit 7 194 postes de travail déclarés ».

Ce sont les industries sidérurgique, mécanique, métallique, et électrique qui attirent principalement les investisseurs étrangers avec six projets enregistrés. Celles des construction, céramique, verre, et les industries agroalimentaires arrivent en troisième position avec trois projets chacune. Deux projets ont été enregistrés dans le domaine de l’industries du bois, liège et papier.

Les projets d’investissement impliquant des étrangers sont majoritairement en provenance « des grands ensembles régionaux d’Europe et des pays Arabes ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici