Nouredine Bedoui a mis l’accent, ce samedi 19 janvier, sur l’utilisation des réseaux sociaux dans la promotion de l’immigration clandestine en Algérie. « Je veux aborder une autre question qui a une grande importance pour la compréhension du développement de ce phénomène ces derniers temps, ce sont les réseaux sociaux », a indiqué le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales dans un discours prononcé lors d’un forum national autour du phénomène de « harraga ».

« Nous avons parfaitement conscience aujourd’hui du grand impact de ces nouveaux moyens dans la promotion (du phénomène) et (leur pouvoir) pour tromper nos jeunes avec des mensonges et des histoires fabriquées qui les poussent vers ce destin inconnu », a-t-il ajouté.

Ces réseaux sociaux sont également utilisés « dans la promotion de chansons de jeunes interprétées par certains de nos enfants », selon Nouredine Bedoui. Des chansons dont les paroles sont « pleines de désespoir et dont les auteurs ne se rendent pas compte du danger et du mal qu’elles engendrent. Ils ne savent pas combien de personnes peuvent perdre la vie à cause d’elles », a insisté le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales.

Nouredine Bedoui appellent ces jeunes artistes « à la sagesse et au sens de la responsabilité ». Pour lui, il est nécessaire « qu’ils se rendent compte que l’art dans toutes est un message pour la vie et l’espoir ». Le ministre de l’Intérieur fait allusion aux vidéos de jeunes podcasteurs algériens à l’image de Anes Tina diffusées depuis 2017 sur Youtube.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici