Le groupe ETRHB est revenu, ce mardi 22 janvier, sur le glissement de terrain survenu à l’entrée ouest de la ville d’Azazga « connue de tous comme étant située dans une zone instable » en apportant des explications. « Le groupe ETRHB ne peut, en aucun cas, être tenu responsable du malencontreux affaissement de terrain survenu à l’entrée Ouest de la ville d’Azazga », écrit le groupe d’Ali Haddad dans un communiqué.

« Les nombreuses infrastructures réalisées par le groupe ETRHB, depuis plusieurs années, sur l’ensemble du territoire national, constituent la meilleure preuve de la qualité de ses réalisations. Le groupe ETRHB demeurera contractuellement et socialement redevable de la qualité de ses œuvres, mais seulement, quand sa responsabilité est réellement engagée », insiste la même source.

Selon le groupe privé de travaux publics, le glissement de terrain « a endommagé une partie d’une rampe d’accès de la ville d’Azazga et non pas l’axe principale de 8,5 km, reliant Tizi-Ouzou à Béjaïa, réalisé par le groupe ETRHB et réceptionné en 2015 ».  Il souligne que cet affaissement  a « pour origine le glissement de terrain qui a causé le déboîtement d’une conduite principale d’assainissement et de drainage, déversant sous la chaussée depuis plusieurs semaines ».

« Les fortes précipitations du début du mois de janvier conjuguées aux eaux du réseau principal d’assainissement de la ville, ont fini par charrier les remblais d’une partie de la rampe ; ce qui a crée un vide sous la chaussée d’où son effondrement », poursuit -il. Le glissement de terrain, ayant causé la rupture de cet important réseau d’assainissement et de drainage a par ailleurs provoqué des affaissements en dehors de l’emprise du projet routier, fort heureusement, loin des habitations : hormis une huilerie située dans cette zone instable », selon le groupe.

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici