Le chargé de communication de l’instance dirigeante du FLN, Hocine Kheldoune,  appelle le pouvoir à se soumettre aux lois de la Républiques

Le FLN ne voit pas l’intérêt d’organiser une Conférence nationale inclusive. A travers cette nouvelle position, le parti vient de remettre en cause sérieusement la feuille de route proposée par le président de la République..

Oui, c’est très possible.

Qu’est- ce qui a motivé cette position ?

Sur le plan pratique, cette idée s’avère impossible à réaliser. Nous avons bien réfléchi au sein du FLN ces dernières semaines sur les mécanismes de cette conférence. Qui va représenter  qui dans cette conférence? Ils sont des millions d’Algériens à sortir chaque semaine dans les rues pour revendiquer le départ du régime. Il n’y a aucun mécanisme valable pouvant permettre d’élire ou de désigner des représentants. Qui sera invité parmi les personnalités et les partis politiques ? Qui sera le représentant de la société civile ? Et puis, cette conférence risque sérieusement de contourner les revendications de la rue.

 Selon vous, quelle est la meilleure solution pour sortir de l’impasse actuelle?

Il est important de convoquer le corps électoral pour la tenue d’une élection présidentielle  dans les meilleurs délais. Cette opération doit être précédée par la révision du code électoral etla création d’une haute instance indépendante chargée d’organiser les élections présidentielles,

Le peuple choisira son président en toute transparence et liberté. Une fois élu, le futur  président, fort de la légitimité populaire, aura à présenter sa feuille de route aux Algériens. Il  sera en mesure de répondre aux attentes exprimées par la classe politique et la société civile.

 Est- ce que vous êtes pour le départ du président de la République à la fin de son mandat?

Le pouvoir doit écouter attentivement les revendications du peuple, respecter sa volonté et  se soumettre aux lois de la République.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici