Dans cet entretien, le coordinateur du Mouvement Mouwatana et  président de Jil Djadid, annonce  qu’il sera présent,  le 22 février, à coté des manifestants pour condamner le 5e mandat.

 

Des manifestations contre le 5e mandat sont annoncées  pour le 22 janvier.  Quel est votre commentaire?

Mouwatana a prévu une journée de mobilisation  le 24 février, cette décision  a été prise  avant l’ appel à la marche du 22 février. Au départ, ces  appels étaient anonymes, il était très difficile  pour notre  mouvement de se positionner , mais face à l’ampleur qu’a pris  cette contestation à travers le pays, j’ai décidé personnellement  de là  soutenir. Notre objectif principal est que les  Algériens se mobilisent.   Lorsque le citoyen s’implique dans  l’action politique, lorsqu’il  décide de marcher,  de s’organiser, on  ne peut qu’applaudir.

Prendrez-vous part à la marche du 22 février ?

Normalement, je serai présent

 Pensez- vous que la  rue peut imposer le changement ?

Il n’ya pas de doute que seule la rue est en mesure de faire  un changement,  je le dis depuis plusieurs années. Il faut que les citoyens interviennent dans cette équation.  Face à l’opposition, le pouvoir a tous les moyens de vaincre. Le pouvoir a les milliards, l’administration,  l’armée, la police.  L’opposition est constituée d’individus qui ont le courage  de dire non, sans plus.

Si le peuple a conscience,  s’il refuse la situation,  le changement viendra de lui. L’opposition peut faire un travail de conscientisation, elle fait fait apparaitre le problème,  elle explique, tire  sonnette d’alarme,  parle des dangers, mais on ne peut aller au delà sans le peuple. C’est au peuple de trancher

Il faut reconnaitre que  les  partis politiques qui sont actifs ou relativement actifs ont été crées durant les années  89 et 90.  Il est évident que depuis trente ans ,il y’ a une forme d’usure générale.  Sans leur jeter la pierre, les partis politiques ont aussi été très souvent malmenés.

La récupération de la protestation de la rue est- elle envisageable ?

Je ne pense pas qu’on puisse récupérer la rue aussi facilement. Les algériens ont vécu des années très difficile d’où leur position très ambigüe. Très souvent, ils sont réfractaires vis-à-vis des partis politiques , mais ils ont en même temps envie de s’exprimer parce qu’ils  subissent en tant que citoyens cette humiliation qui est imposée par le pouvoir . Il est très difficile de détourner une masse aussi importante. Cette protestation est différente à celle  enregistrée en 88 et en 89 où il y’ a eu des manœuvres du pouvoir lui-même dans le but de  placer un courant politique précis. Les Algériens sont  aujourd’hui beaucoup plus autonomes. Les tentatives de manipulation n’iront pas  loin.

Le mouvement Mouwatana ne sera pas présent cet après- midi à la réunion de l’opposition. Pourquoi ?   

 Il serait mal  poli de s’inviter sois même a une réunion à laquelle on n’est pas invité.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici