Le mouvement Mouwatana qui prévoit l’organisation d’une journée de mobilisation citoyenne le 24 février contre le 5e mandat, se réunira au courant de la semaine afin d’arrêter les actions de protestation qu’il compte entreprendre sur le terrain.

Approché par Actu-fil.com, Djilali Soufiane, le coordinateur du Mouvement, a affirmé que «l’option de la rue est maintenue ». « Le Mouvement rendra public ses actions en temps opportun. Mais il est certains que nous serons dans la rue le 24 février », affirme-t-il.

LIRE AUSSI : Abdelmalek Sellal : « Il n’y a pas de raison de recourir à la rue »

Ce dernier a fait savoir que les menaces du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, de recourir à la force pour empêcher l’opposition d’occuper le terrain, ne va pas « nous dissuader ». « Ouyahia peut dire ce qu’il veut », précise-t-il.

Djilali Soufiane a d’ailleurs exprimé son soutien l’action de protestation du 22 février : « Tout mon soutien pour la marche du 22 février, que les algériens expriment leur refus de l’humiliation de trop, le 22 , le 24 et tous les jours. Soyons citoyens », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

LIRE AUSSI: Une marche contre le cinquième mandat à Béjaïa (Vidéo)

Le 13 février, le mouvement Mouwatana a appelé à une « première journée de mobilisation citoyenne le dimanche 24 février 2019 » pour protester contre la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, à l’élection présidentielle du 18 avril tout en annonçant son soutien à « toutes les actions qui convergent vers le même objectif ».

« Vouloir faire de l’élection présidentielle d’avril 2019 une formalité pour assurer la continuité, est un acte d’une gravité incalculable. Il condamne les Algériens au désespoir. Il alimente la désunion nationale, nourrit l’élan des jeunes pour l’exil, affaiblit l’État à l’intérieur et vis-à-vis du monde », estime le mouvement dans un communiqué signé par Soufiane Djilali.

LIRE AUSSI: Ahmed Ouyahia: « nous empêcherons l’opposition d’occuper la rue »

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici