Dans un monde où les besoins ne cessent d’évoluer, les habitudes alimentaires ont, elles aussi, pris une influence importante sur le train de vie quotidien. Les personnes souffrant de diabète ne sont pas en reste. En effet, ces sujets, particulièrement vulnérables, nécessitent une attention minutieuse et un suivi strict de leur mode de consommation. Découvrez à travers cet article l’essentiel à retenir concernant le régime alimentaire adapté aux personnes diabétiques.

 

À l’heure actuelle, de nombreuses études stipulent que le régime dit « méditerranéen » ou « crétois » s’avère être le régime convenable aux personnes souffrant de diabète. Pour rappel, il s’agit d’une pratique alimentaire à base de produits issus de la mer Méditerranéenne: légumes, fruits, céréales, légumineuses, un peu de produits laitiers, dérivés du chèvre principalement, et une faible consommation en poisson et en viandes. Pourtant ce type de régime est loin d’être adapté aux personnes dites diabétiques. C’est-à-dire, des individus dont le pancréas ne produit pas assez d’insulines.

Historique

Venant du grec « diaita », le mot diète avait à l’origine attrait à la « façon de vivre ». C’est-à-dire le type de mode de vie en société adopté par chaque individu. À la base, ce concept fut basé sur des interactions sociales fermes, une alimentation issue de l’agriculture biologique et rarement dérivée des produits animaliers. À titre d’illustration, la société d’autrefois subsistait en plein air, travaillait le champ et la terre dans des conditions physiques intenses.

Le point sur le dr Domenico Battaglia

Le dr Domenico Battaglia  a fait des études supérieures en médecine, spécialisées dans la branche urologie puis en nutrition et en régime végétarien. Après avoir travaillé en tant qu’assistant du médecin-chef, il exerce à présent sa fonction de consultant indépendant. Cette année, il a décidé de se former dans le domaine de la médecine fonctionnelle régulatrice afin de mieux comprendre la physiologie de l’être humain. Il a ainsi réalisé des recherches colossales pendant plusieurs années sur le régime diététique convenable aux diabétiques.

 

Quels aliments privilégiés ?

Pour venir en aide aux personnes souffrant de diabète, nous avons sélectionné quelques nutriments prioritaires suggérés par le dr Domenico Battaglia . Il leur est vivement recommandé de privilégier les aliments ci-après dans leur repas quotidien, pour bénéficier d’une meilleure santé physique. Notons que les herbes et les épices peuvent être inclus dans ce régime particulier, si le patient le souhaite.

D’une part les légumes verts multi-vitaminés comme l’artichaut, l’asperge ou encore les bettes à carde, le céleri, les choux-fleurs, les courgettes et les épinards. D’autre part, des fruits de saison frais à l’exemple de l’abricot, l’avocat, les cerises, les pommes, les myrtilles, les mûres ou encore les framboises. Divers légumineuses et oléagineux dont la cacahuète, les amandes, les haricots secs, les lentilles et le pois chiche. Quant aux céréales, on peut citer entre autres le riz et le sorgho.

Ces diverses denrées sont à consommer crus, de préférence et doivent être bio, c’est-à-dire exempts de produits chimiques, pour être efficaces sur la santé des diabétiques.

Le taux de glycémie

Comme le diabète est une maladie liée au taux de glucose dans le sang, les aliments disposant d’une faible teneur en indice glycémique sont les plus sollicités par ce type de patients. Pour rappel, l’indice glycémique (IG) sert à évaluer la durée durant laquelle un aliment disposant de 50g d’hydrates de carbone (glucides) fait monter le taux de sucre dans le sang, à l’issu de son absorption. Une méthode à l’ancienne ayant permis de contrôler le diabète.

D’une manière générale, l’IG est jugé faible lorsqu’il est en-dessous de 35, normal entre 35 et 50 et élevé pour un taux supérieur à 50. A titre d’illustration, le poisson, la viande ainsi que les produits laitiers et l’œuf ont un IG faible. Par conséquent, ce type d’aliments accentue l’apport en glucose dans le sang. C’est pourquoi ils doivent être consommés avec modération par les diabétiques.

Vers une nouvelle avancée technologique…

De nos jours, les études révèlent que la production d’insuline n’est pas influencée par le taux de glucose présent dans un aliment, mais c’est plutôt leur contenu qui est à l’origine d’un déséquilibre détecté par le pancréas. C’est pourquoi, l’IG n’est plus actuellement utilisé par les experts pour mesurer de manière fiable la glycémie dans le sang. D’autres instruments sont mis à l’honneur pour évaluer les aliments.

     I.          Régime diabétique : l’importance des probiotiques

Afin de préparer l’organisme à bien accueillir les aliments cités plus hauts, il est primordial de porter un soin particulier au « milieu intestinal ». À l’heure actuelle, suite au développement de la médecine, des études ont démontré l’implication de la microbiotique sur le système intestinal. Pour rappel, cette science a pour objet d’identifier l’ensemble des microbes ou bactéries présentes dans l’intestin et d’analyser les impacts de leurs actions sur le bien-être de l’organisme.

En ce qui concerne le diabète plus précisément, il existe des espèces de microbes qui sont indispensables au métabolisme des glucides, dont l’Eubacteriem rectale ou la Inulinivorans à titre d’exemples. Les expériences réalisées récemment indiquent que la consommation de probiotiques était d’une grande importance, en vue de contrôler le taux de glucose dans le sang et optimiser l’action des lipides, notamment chez les personnes souffrant de diabète. Des études promettantes qui devraient conduire à une meilleure compréhension du rapport entre la flore intestinale et le diabète dans les années à venir.

   II.          Régime diabétique : pratiquer régulièrement du sport

Le traitement du diabète repose principalement sur la pratique en plein air de sports modérés comme la course à pied, la marche, le vélo… idéalement dans un endroit non pollué. En effet, l’air pollué est toxique pour les diabétiques, dont l’état de santé est particulièrement fragile. Des activités physiques qui devraient être effectuées au moins deux fois par jour durant une demi-heure.

Le fait de couramment exercer des activités physiques permet de :

  • Stabiliser le poids grâce au métabolisme des lipides
  • Booster l’activité des muscles en vue de simplifier l’assimilation du glucose
  • Renforcer le rythme cardiaque et le bon fonctionnement du système cardiovasculaire.
  • Se divertir et s’occuper de soi

 III.          La particularité des CEMP (Champs électromagnétiques pulsés)

Il s’agit de méthodes médicales couramment utilisées pour traiter les patients atteints de diabète. Les champs électromagnétiques pulsés (CEMP) sont dissouts par une machine sous l’aspect d’ondes complexes.

Un moyen efficace pour assurer un bien-être aux sujets diabétiques et pour stimuler leur énergie. Suite à l’usage de polyneuropathie diabétique ou de la microangiopathie, les patients ont également bénéficié d’un renforcement de leur système immunitaire.

Enfin, suite à des études récentes, les blessures des personnes souffrant de diabète, ayant suivi un traitement aux CEMP au préalable sur une durée d’un mois, étaient moins graves par rapport à celles qui n’ont pas utilisé ce procédé. Les CEMP, utilisés comme thérapies supplémentaires, contribuent de ce fait à une meilleure cicatrisation de la plaie.

IV.          Apprendre à maîtriser les émotions

Un dernier élément permettant de mieux équilibrer la santé et le bien-être réside dans la maîtrise des émotions. En effet, dans le cas de l’athérosclérose comme pour le diabète, des expériences menées par des scientifiques démontrent la relation entre ces maladies et la dépression. A titre d’illustration, le chagrin ou la colère contribuent à augmenter les risques d’exposition aux pathologies cardiovasculaires (obésité, hypertension artérielle, AVC…).

La méditation jouerait par conséquent un rôle conséquent sur le contrôle du taux de glucose dans le sang en développant la conscience des patients diabétiques.