Ahmed Ouyahia est revenu, ce lundi 25 février, sur les dernières manifestations enregistrées dans la capitale et dans d’autres wilayas à travers le pays. Lors de la présentation de la Déclaration de politique générale du gouvernement devant les élus de l’Assemblée populaire nationale (APN), le Premier ministre a d’abord rappelé le « nombre considérable » de citoyens sortis manifester « notamment le vendredi » contre le cinquième mandat du président.

« La Constitution garantit aux citoyens le droit de se rassembler pacifiquement et dans le cadre de la loi », a-t-il avancé. Ahmed Ouyahia appelle « tout le monde à la vigilance pour deux raisons ». La première est liée au fait que les appels lancés pour manifester sont « anonymes ». La deuxième est liée à des appréhensions « concernant les dépassements dangereux » qui peuvent intervenir.

LIRE AUSSI : Déclaration de politique générale : Ahmed Ouyahia fait le bilan du quatrième mandat du président Bouteflika

Dans ce chapitre, le Premier ministre a rappelé aussi ce qui s’est passé, hier dimanche, au centre-ville d’Alger quand des lycéens ont rejoint le rassemblement auquel le mouvement Mouwatana a appelé. Ahmed Ouyahia a salué les forces de sécurité qui ont maintenu l’ordre public de façon pacifique.

Le Premier ministre est passé ensuite aux messages lancés durant ces manifestations dans une intervention qui s’inscrit loin des provocations. « Je vais faire deux commentaires », a-t-il dit. Le premier concerne les élections. « Je vous affirme que ces élections auront lieu dans moins de deux mois », a-t-il assuré.

Ahmed Ouyahia précise que « chacun a droit de soutenir » ou « s’opposer » à un candidat. « Mais ce sont les urnes qui vont trancher », a-t-il indiqué. Après tout ce qu’il a vécu, le pays est « en mesure de choisir » dans la paix et la sérénité, selon lui.

Le deuxième commentaire concerne le changement exigé par les manifestants. Sur ce point, le Premier ministre a évoqué la conférence nationale du consensus promise par le candidat et président de la République. « C’est une conférence ouverte à tout le monde », a-t-il insisté.

« Nous sommes tous les enfants de l’Algérie. L’Algérie a vécu des tragédies. Tout le monde a le droit de vivre dans la paix et la stabilité. Nous sommes des démocrates : État et peuple », a-t-il lancé.

LIRE AUSSI : Télécharger la Déclaration de la politique générale du gouvernement (DOCUMENT)

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici