De nombreux militants, responsables politiques, journalistes et écrivains ont rendu hommage à Hamid Ferhi, coordinateur national du Mouvement démocratique et social (MDS), décédé, hier mardi, des suites d’une maladie grave. « Aujourd’hui, et à ce moment précis, décède le camarade et militant Hamid Ferhi. L’Algérie et le Mouvement démocratique et social perd l’un de ses meilleurs enfants », écrit Fethi Ghares, candidat du MDS à l’élection présidentielle du 18 avril prochain.

« L’homme digne qui s’est tenu aux côtés des opprimés de toute l’Algérie, sans aucun calcul politicien, sans chercher les lumières des projecteurs. Celui qui a ouvert les portes du siège du parti, avec les autres responsables du MDS, à tous les courants libres, même ceux avec qui il ne partageait pas certaines idées », indique Me Salah Dabouz, avocat et militant des droits de l’homme. « Je ne peux que m’incliner devant ta générosité, ton courage, ta détermination et ton travail de terrain Hamid Ferhi », témoigne-t-il.

LIRE AUSSI : Hamid Ferhi, coordinateur du MDS, n’est plus

Mohcine Belabbas a présenté ses condoléances à sa famille et à ses camarades. « J’ai appris avec grande tristesse le décès de Hamid Farhi. Je présente mes sincères condoléances dans sa famille et ses camarades du MDS », écrit le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) sur Twitter et Facebook. La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) évoque un « militant des causes justes qui était à leurs côtés dans leur combat pour la dignité humaine ». « Repose en paix Hamid », écrit l’association.

Mustapha Benfodil, écrivain et journaliste, rend un émouvant hommage au coordinateur du MDS dans un texte publié sur sa page Facebook. « Hamid… Tous les mots sont morts ce soir. Hamid… J’aimerais tellement pouvoir dire comme Saint Augustin : « les morts sont invisibles, ils ne sont pas absents » (…). Hamid. J’aimerais tellement… croire que tu…Hamid. Que tu es seulement… Hamid. Que tu es seulement derrière les nuages, Hamid. Non, tu n’es pas mort », écrit-il.

« Profondément attristé. Hamid Ferhi nous a quittés. Condoléances à sa famille, ses proches et amis. Paix à ton âme mon pote », écrit Hicheme le Hic, caricaturiste d’El Watan qui publie également un dessin pour rendre hommage au défunt.

Une veillée de recueillement aura lieu, ce mercredi 6 février, au siège du parti au 67, boulevard Krim Belkacem (ex-Télémly). L’enterrement aura lieu, demain jeudi, à Staouali après la pière de Dohr.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici