Des manifestants près de la Place Audin. Photo prise par Hadjer Guenanfa.

Le Collectif de la dynamique de la société civile pour une sortie de crise pacifique composé de plusieurs organisations et syndicats* a dénoncé, ce mardi 9 avril, la « répression » exercée par le « régime », pour se « maintenir contre le peuple ».

« Comme attendu, le coup de force s’est confirmé ce matin au niveau du Parlement, en désignant le président du conseil de la nation Bensalah au poste de chef de l’Etat en vue de l’organisation, par le même système, de l’élection présidentielle dans 90 jours, conformément à l’article 102 de la Constitution, le tout avec la bénédiction du chef de l’état-major des armées, qui a pourtant promis de respecter la volonté du peuple », écrit ce collectif dans un communiqué.

Le Collectif de la dynamique de la société civile rappelle avoir « déjà fait une proposition de sortie de crise pacifique et alerté sur les risques de changement clanique au sein du système au détriment de la mobilisation historique du peuple algérien » et réitère sa « position de rejet de toute transition au sein du système, pilotée exclusivement par les symboles de ce même système ».

Dans son communiqué, le Collectif dénonce la « répression de la marche des étudiants-es qui a eu lieu aujourd’hui à Alger et les tentations d’interdiction des manifestations publiques et pacifiques à Alger, et le harcèlement des militant-e-s pour le changement ». Il tient à « prendre à témoin l’opinion contre toutes tentatives d’infiltration des agents du système pour faire dévier les marches de leur cadre pacifique et légitimer ainsi la répression ».

Le Collectif met également en garde « contre toutes tentations d’interdiction ou de répression, et nous interpellons le pouvoir pour assurer la sécurité des marches – particulièrement à Alger » et exprime sa « pleine adhésion à l’appel de la Confédération des Syndicats Algériens « CSA » pour la grève et la marche nationale à Alger le mercredi 10 avril 2019 ».

Le Collectif appelle « l’ensemble de la population à participer massivement aux marches pacifiques qui auront lieu ce vendredi 12 avril 2019, à l’échelle nationale » et à « ne pas céder aux chants de la division et de la haine, à demeurer dans le strict cadre pacifique – seule voie qui a gagné jusque-là –, et à déjouer toutes les manœuvres du système ».

« Nous appelons l’ensemble des acteurs de la société civile, des partis politiques, des artistes, créateurs, intellectuels et toutes les franges de la société à s’organiser davantage, et à renforcer la cohésion du mouvement. Notre combat s’annonce long. Notre réponse sera la mobilisation, l’organisation et la solidarité. Ensemble, nous vaincrons », conclut-il.

Les organisations signataires :

. LADDH ( Benissad/Zahouane) (Ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme)

• LADH (Ligue Algérienne des Droits de l’Homme)

• RAJ (Rassemblement – Actions – Jeunesse)

• DJAZAIROUNA

• SOS DISPARUS

• RESEAU WASSILA

• THARWA FADHMA N’SOUMER • Association TIMLILIT

• CSVM-22 FEV (Comité Soutien Vigilance du Mouvement 22 Février)

• SATEF (Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation)

• SNAPEST (Le syndicat national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique)

• SNAP (Syndicat National Autonome des postiers) • SOS CULTURE BAB ELOUED

• ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici