Cette année, et plus précisément le 17 juillet prochain, la success story « Demain nous appartient » fêtera ses trois ans. Une opportunité idéale pour revenir sur les détails marquants ayant conduit au succès du célèbre feuilleton de TF1 réunissant chaque soir les adeptes de romance et de suspense.

Le 17 juillet 2017, les téléspectateurs de « Demain nous appartient » font pour la première fois la connaissance de leurs idoles. La comédienne Ingrid Chauvin revient sur les débuts de cette célèbre  série télévisée dans Pass Télé-Loisirs.

Lors du lancement de la saga culte, la directrice artistique Anne Viau avait déclaré : « Nous voulions restructurer l’access prime time [l’avant-soirée, ndlr] autour de la fiction, un genre très addictif ». Des propos qui illustraient bien le coeur de cible visé par la série. A savoir, la gente féminine qui est particulièrement émotive et sensible face à ce genre de soap quotidien. Elle avait toutefois à l’époque avouer son appréhension face à la concurrence.

En effet, sur France 3, la série « Plus belle la vie » représentait un redoutable adversaire. En revanche, « Seconde Chance » et « Cinq soeurs » s’étaient malheureusement soldés par des échecs. Peut-être car l’heure de diffusion coïncidait avec l’heure où les mères de famille cuisinaient en cuisine ou aidaient leurs enfants à faire leur devoir. Des facteurs de risques notables pour le lancement. Néanmoins, la production décide quand même de démarrer la grande aventure et très vite, « Demain nous appartient » fait ravage auprès des téléspectateurs vespérales de TF1.

Le trio légendaire: sélectionné à l’issu d’un casting exigeant 

Au cours de la première semaine, « Demain nous appartient » suscite l’intérêt de 3,3 millions de téléspectateurs. Ces-derniers étaient tombés sur le charme des séduisants personnages qui donnaient vie au feuilleton: la ravissante Ingrid Chauvin joue au côté de Lorie Pester et Alexandre Brasseur, qui ont été choisis pour le rôle après un casting singulier. Vincent Meslet, producteur de la série souligne l’importance de créér une production de qualité : « la comédie sentimentale, le polar, la romance, le mélo. Nous sommes fiers d’avoir réussi ce mélange des genres »

Un succès phénoménal

Après trois années consécutives marquées par des épisodes saisissantes les unes des autres, comme l’accident de bus ou encore l’incendie du mas,  « Demain nous appartient » atteint la moyenne de 3,9 millions de vues quotidiennes, dont 25% de femmes âgées entre 15 et 24 ans. Une énorme fierté pour Anne Viau qui estime avoir atteint l’objectif. Comme le confirme la jeune femme : « Je suis très heureuse d’avoir su créer un rendez-vous qui est le reflet de ce que la chaîne fait de meilleur « .

Une véritable petite académie

Avec un succès qui cartonne, le feuilleton légendaire de TF1 attire de nouveaux acteurs. Frédéric Diefenthal a par exemple fait appel à la production en vue de décrocher un rôle dans la série télévisée. A cet effet, Vincent Meslet a tenu à préciser: « On emploie des professionnels en début de carrière et on leur permet d’évoluer. ».Des propos auxquels Anne Viau a rajouté: « Aujourd’hui, DNA est un formidable laboratoire d’expérimentation, qui nous a confortés dans le sentiment qu’il ne faut rien s’interdire en terme de sujets, notamment sociétaux…La série structure le marché de la fiction. C’est un créateur d’emploi et de talents. »

Clément Rémiens et Solène Herbert, qui étaient alors jusque là méconnus du public de DNA, sont aujourd’hui devenu de véritables stars auprès de TF1. Solène fera par exemple son apparition dans la nouvelle série « Grand Hôtel » qui sera prochainement diffusée sur la chaîne télévisée. Clément Rémiens quant à lui démarrera un début promettant l’automne prochain dans « Ici tout commence ». Une production inédite pour laquelle la patronne de la fiction reste confiante:  « Le succès de Demain nous appartient nous a donné des ailes. Il y a de la place pour cette seconde série quotidienne, à qui l’on souhaite le même destin ».