Le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) a dernièrement rendu son verdict dans l’affaire liée à la fausse carte de déconfinement délivrée par l’animateur français Cyril Hanouna dans son émission, au mois d’avril dernier. 

Le dirigeant du CSA est strict et ferme dans les initiatives qu’il prend, constate Cyril Hanouna, lorsqu’il s’était entretenu avec Roch-Olivier Maistre, dans le cadre de son passage sur Europe 1, l’année dernière. Après plusieurs années de combat acharné entre l’icône emblématique de l’audiovisuel et la chaîne privée C8, Baba a récemment essuyé un nouvel avertissement de la part de l’autorité publique française de contrôle des activités audiovisuelles. Le point à travers cet article.

Une mise en garde du CSA

Dans la journée de ce jeudi 17 Septembre, le CSA s’est prononcé sur son verdict, concernant la fausse carte de déconfinement que l’animateur de 45 ans avait communiqué dans le cadre de son émission « Ce soir chez Baba » diffusé au début du mois d’avril dernier, sur C8. A l’époque, le présentateur phare de Touche pas à mon poste avait déclaré :  « Je ne sais pas si c’est une bonne info, mais c’est une info qui tourne donc je vous la donne ». 

Par la suite, pour se prémunir des critiques, Cyril Hanouna avait rappelé à ses fans sur les réseaux sociaux le fait que la carte du déconfinement ne représentait pas un document officiel et qu’elle n’était donc pas exacte (…). Finalement, il a été officiellement reconnu que la carte était fausse. C’est pourquoi le CSA a pris l’initiative de s’immiscer dans l’affaire.

Cette fameuse carte qui a déclenché le scandale, fournissait des renseignements erronés sur les dates prévues du déconfinement, pour chaque région de la France. Le CSA avait ainsi illustré dans leur communiqué que les informations contenues dans la carte avaient été retransmises à l’antenne sans que celui qui l’a partagé à pris la peine de vérifier la véracité du document. Raison pour laquelle l’autorité a décidé a rappelé la chaîne C8 à l’ordre, en exigeant à cette-dernière  de veiller à respecter ses responsabilités en terme de sincérité et d’exactitude des nouvelles transmises au public. 

Roch-Olivier Maistre plus compréhensif comparé à Olivier Schramek ?

Cet avertissement ne ressemble en rien aux punitions infligées par l’ancien directeur du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, Olivier Schramek. Notons que la sentence prononcée inclut une coupure de publicité et des amendes conséquentes. L’animateur de « Balance ton post » a d’ailleurs indiqué que le courant passait mal entre les deux, en soulignant que le directeur avait quelque chose contre lui et son équipe.