Nouria Benghebrit, la ministre de l’éducation nationale, a réagi, ce jeudi 7 février, à la polémique suscitée par sa déclaration sur la prière à l’école. Lors de son passage à l’APN pour répondre aux questions orales des députés, la ministre qui fait l’objet des critiques sur les réseaux sociaux, a affirmé qu’il n’a jamais été question pour son département « de remettre en cause l’une des constantes de peuple algérien, qui est l’Islam ». « Les constantes nationale constituent une ligne rouge », poursuit –elle.

Par ailleurs, la ministre a réitéré que « l’école ne peut être un lieu de prière », et que les établissements sont tenus à respecter « le calendrier scolaire ». Quant à la prière, »son lieu est la mosquée ».

La ministre a été soutenue par son conseiller Mohamed Chaib Draa Tani, qui a rappelé à l’occasion de son passage, ce matin, à la radio algérienne que « depuis l’année dernière, les cadres du ministère font l’objet d’attaques mensongères et des malversations, voir des accusation infondés», citant notamment la polémique soulevée sur le port de niqab. « Nous avons dit que l’histoire, les sciences islamiques, l’Arabe et tamazight étaient concernés par l’examen du baccalauréat, et voilà qu’aujourd’hui on nos sort cette histoire de prière », regrette-t-il

Ce denier souligne que cette question ne devait en aucun cas faire l’objet de polémique.Pourquoi? « D’abord, a constitution algérienne a tranché, l’Islam est la religion d’Etat. Par ailleurs, les sciences islamiques sont enseignés de la première année primaire jusqu’à 3e année secondaire ».

Le conseiller rappelle enfin que « l’arrêté portant organisation de la communauté éducative a fait l’objet d’un débat avec tous les partenaire sociaux. Il n’a jamais été dit que l’école doit réserver un endroit pour la prière», précise la même source.

Mohamed Chaib persiste et signe : « Bien sûr l’école n’est pas un lieu de prière ». Avant de lancer un coup de gueule, « Basta! Basta! Basta!Nous sommes tous musulmans, je ne permets à quiconque de remettre en cause ma fierté d’être algérien. Il est très facile pour certains de coller les étiquettes gratuitement. Je répète, nous ne sommes pas des mécréants».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici