Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra ont animé, dans la matinée de ce jeudi 14 mars, une conférence de presse à Alger pour expliquer davantage les décisions prises par le président de la République et rejetées par les manifestants. Durant plus d’une heure, le Premier ministre et le vice-Premier ministre ont tenté de lancer des messages sans répondre clairement aux nombreuses questions des journalistes invités à prendre part à cette rencontre.

Les deux responsables de l’Exécutif ont insisté à plusieurs reprises sur la nécessité du « dialogue », son importance et ses vertus dans un contexte aussi tendu. « On appelle encore une fois tous les partenaires et surtout ceux de l’opposition à la possibilité de dialoguer (ensemble) et à s’entendre. C’est un principe essentiel que les Algériens ont consacré depuis longtemps », a lancé Noureddine Bedoui qui assure que le gouvernement a entendu « les messages »  du mouvement.

Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra apportent des réponses vagues aux préoccupations exprimées et formulent quelques promesses. La première concerne le gouvernement dont la composition devrait être annoncée dès le début ou à la fin de la semaine prochaine, selon le Premier ministre. « Ce sera un gouvernement de technocrates qui sera représentatif de toutes les énergies et surtout de la jeunesse », a-t-il avancé.

« Nous sommes en train de mener les consultations pour la former. On prend en considération les énergies qui représentent la société algérienne. Nous avons des compétences qui peuvent participer dans cette période de transition. Ce qui est sûr, c’est que même dans la formation du gouvernement, on prend en compte les messages entendus (durant ces dernières semaines, NDLR) », a affirmé le même responsable.

Il ne donnera aucun nom, aucune piste et aucune indication concernant les membres de ce nouveau gouvernement dont la composition sera donc annoncée après les manifestations du vendredi. Le nouveau gouvernement sera chargé de mettre en place les mécanismes permettant, selon lui, l’organisation de la conférence nationale inclusive et indépendante promise par le président pour l’élaboration des bases d’un nouveau système politique.

Comme le vice-Premier ministre, Noureddine Bedoui ne saura pas répondre à certaines questions notamment celle liée à la base juridique qui permettra à Abdelaziz Bouteflika de prolonger son mandat qui prendra fin le 27 avril à minuit. Ramtane Lamamra est intervenu pour réaffirmer certaines informations dont celle liée au Parlement. La dissolution des institutions constitutionnelles n’est pas à l’ordre du jour, selon lui.

Le vice-Premier ministre a réaffirmé aussi le rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires internes du pays et appeler à la « vigilance ». Ramtane Lamamra a également fait l’éloge du diplomate et ancien ministre Lakhdar Brahimi. « C’est un citoyen algérien qui visite son pays souvent. Il a rencontré le président et il est prêt à dialoguer avec la presse et d’autres pour donner conseil s’il est sollicité », a-t-il dit.

Les deux responsables n’ont finalement annoncé aucune décision concrète à la veille des manifestations du vendredi 15 mars.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici