Le point, dans l’un de ses articles, a ré-éveillé l’histoire enfouie concernant la rupture du duo exceptionnel que formait Claire Chazal et Patrick Poivre d’Arvor alors qu’ils travaillaient tous les deux pour la chaîne TF1.

PPDA et Mémé-DA (surnom donné à Claire Chazal par ses coéquipiers), formaient un couple professionnel de tonnerre sur la chaîne de TF1. En effet, depuis des années, ces deux présentateurs, de vraies Stars de l’info, n’ont cessé d’envoûter le grand public. Si PPDA était à la tête du JT de 20h, sa ‘‘femme’’ quant à elle dirigait celui du weekend. Leurs rapports professionnels si singuliers ont été évoqués par la série d’été « les indéboulonnables de la télé déboulonnés« . Toutefois, leur histoire n’a pas duré. En effet, ‘‘Le Point’’ explique que cette aventure idyllique entre les deux tourtereaux prend fin en 2007. Une belle relation qui n’a pas pu survivre durant l’élection de Nicolas Sarkozy.

L’interview de Nicolas Sarkozy: le début de la fin


Arrivé à la tête de la chaîne TF1, Nonce Paolini, qui prend la place des anciens patrons, Patrick Le Lay et Étienne Mougeotte, a convoqué les deux stars du JT pour une importante interview. En effet à cette époque, une rencontre avait eu lieu avec le président Nicolas Sarkozy. Une entrevue menée par Claire Chazal et Patrick Poivre d’Arvor, comme nous rappelle le magazine Le Point.

Une taquinerie ayant conduit au virement de PPDA


C’est surtout durant cette rencontre que le duo parfait a pris fin, et ce, suite à une phrase qui a coûté à PPDA son titre professionnel. En effet, « Poivre d’Arvor se permet de traiter Nicolas Sarkozy de ‘petit garçon’ qui arrive dans la cour des grands du G8. L’hôte de l’Élysée s’en tire avec une pirouette. On pense l’incident clos. En coulisse, ça s’agite. On murmure que Nicolas Sarkozy aurait peu goûté cette insolence » se rappelait un journaliste. Des propos qui ont abouti à l’éjection de Patrick Poivre d’Arvor de son poste, conduisant alors à la rupture définitive du couple légendaire qu’il avait formé avec Claire Chazal.