La journaliste de CNews Christine Kelly s’est un peu ouverte sur sa vie privée lors d’une interview accordée à Paris Match. Malgré son caractère assez discret et réservé, la maman de la petite Léa a enfin révélé les dessous de son enfance battue.

Le point sur l’ex chroniqueuse de TPMP

Christine Kelly a rejoint le monde du petit écran en septembre 2009.  Actuellement présentatrice de l’émission « Face à l’info », diffusée sur CNews, elle se plie en deux dans l’exécution de son travail. En effet, malgré le partage de l’antenne, l’animatrice parvient toujours à obtenir les records d’audiences pour son programme face à Éric Zemmour. Toutefois, comme tout être humain, la brave femme peut traverser des moments difficiles qui, à leurs tours, font surgir des petites faiblesses. C’est ce qui était survenu en juin dernier alors que Christine Kelly affirmait, sur Twitter, qu’elle est épuisée émotionnellement suite aux critiques incessantes des téléspectateurs ne comprenant pas qu’elle laisse la parole à Éric Zemmour, un polémiste réputé pour ses déclarations-choc.

En dépit de tout cela, c’est avec le sourire aux lèvres que la maman de la petite Léa s’est affichée dans les coulisses de CNews. En effet, fêtant son 51e printemps, ce lundi 13 juillet 2020, la journaliste voulait partager ses émotions avec le public en écrivant, sur Twitter : « Pour mon anniversaire, je vous embrasse tous, sans exception. Je vous promets je boirai un verre en pensant à vous juste après @cnews ce soir. Année forte en émotions, j’en perds même mes cheveux, mais Merci à tous de m’avoir accueillie dans vos foyers »

Un enfant battu devenant une femme forte

Malgré sa personnalité assez réservée, la célèbre journaliste et chroniqueuse ne pouvait pas s’empêcher de dévoiler sa réjouissance en donnant vie à une magnifique petite fille dénommée Léa, l’année 2015. Un évènement qui a fait ressurgir un éprouvant souvenir de son passé. Par conséquent, lors de son interview accordé à Paris Match, Christine Kelly avait dévoilé sa rude enfance en expliquant : « Ma mère me frappe. Pour un oui, pour un non. Une assiette mal lavée ou une note insuffisante à l’école. Toujours 25 coups de ceinture. N’importe où sur le corps. Elle me court après dans le jardin, me traîne par les cheveux pour qu’il y ait le compte » et que son père, étant un directeur d’école et enseignant, était un homme alcoolique.

Néanmoins, Christine Kelly a su trouver le courage d’effacer toutes les erreurs commises par ses parents. « Aujourd’hui, j’ai pardonné à mes parents, qui sont ensemble depuis cinquante ans. Mais je dénonce la culture du silence. Si mes grands-parents et mes parents ont été battus, j’ai décidé que cette violence s’arrêterait avec moi. » concluait-elle de façon rassurante.