Suite à une entrevue menée par Brut, la fille de Catherine Laborde a profité de l’occasion pour faire une déclaration inouïe en regard des autorités publiques. 

À  l’occasion de son interview, la fille cadette de Catherine Laborde a tenu à avertir le gouvernement concernant la situation déplorable dans laquelle était les sages-femmes et les infirmières, qui collaborent actuellement avec elles, dans le cadre de sa profession. Rappelons qu’on dénombre plus de 23 000 sages-femmes sur le sol français. 

Les personnels aide-soignants mis à l’écart ! 

Après avoir décroché son diplôme en sage-femme, Pia Laborde démarre sa carrière professionnelle au sein de l’hôpital Foch de Suresnes situé dans les Hauts-de-Seine. Les sages-femmes de cet établissement se sont récemment plaintes face à leur exclusion dans le cadre des négociations conduites par les professionnels de la santé et le gouvernement, durant leur concertation. Abasourdie par la situation, la fille de Catherine Laborde décide de prendre les rênes et envoie un message d’alarme au gouvernement, faisant suite aux manifestations organisées par le personnel du corps médical à l’issue du confinement.  

C’est haut et fort que Pia avait clamé les lourdes responsabilités incombées aux sages-femmes comme faire accoucher, sensibiliser et orienter les couples sur les moyens de contraception, conseiller les femmes en ménopause et prendre soin d’elles en réalisant une mammographie le cas échéant…Pour elle, ces-dernières méritent de travailler dans de meilleures conditions et surtout que le public comprenne les enjeux de leur existence au sein de la société.  

Une revalorisation insuffisante

Selon la sage-femme de 29 ans, la revalorisation collectée à l’issue du Ségur de la santé atteignait les 183 Euros. Une somme qui serait partie à la base des métiers de paramédical et non pas fondée sur la profession médicale. Pia Laborde a également insisté sur l’indifférence du gouvernement qui est dû à leur ignorance concernant le métier de sage-femme et revendique ainsi une revalorisation plus importante. Un message fort qu’elle espère avoir transmis en implorant aux principaux concernés de ne pas oublier les paramédicaux qui travaillent corps et âme pour contribuer au bien de la société.