Mostefa Bouchachi a réagi, ce mardi 26 mars, à la demande formulée par le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah pour l’application de l’article 102 de la Constitution. Le militant des droits de l’homme a estimé que les « Algériens n’accepteront pas cette solution ».

Les « Algériens n’accepteront pas qu’un gouvernement ou des symboles de ce système gèrent la période de transition », a-t-il indiqué au Huffpost. « Il faut qu’ils partent et avoir un gouvernement d’union nationale chargé de mener la période de transition », a-t-il préconisé.

L’application de cet article « signifie que l’un des symboles de ce pouvoir, qui a géré le pays pendant les 20 dernières années, en l’occurrence le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, va gérer cette période de transition », a-t-il précisé.

Mais pas seulement. « Cela signifie également que le chef du gouvernement, qui a chapeauté les précédentes élections, va également assurer la période de transition », a ajouté la même source. « S’ils étaient sérieux, ils auraient appliqué l’article 102 cela fait plusieurs années », a-t-il souligné.

LIRE AUSSI : Appel de Gaïd Salah à l’application de l’article 102 de la Constitution (Texte intégral)

Pour lui, le peuple algérien est sorti pour leur dire « partez, nous désirons une période de transition, menée par des hommes et des femmes, qui n’ont pas participé à la gestion du pays durant les 20 dernières années ».

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici