Ahmed Ouyahia présentera, lundi 25 février, la Déclaration de politique générale du gouvernement et reviendra sur le bilan des des quatre mandats du président Abdelaziz Bouteflika de 1999 à 2018 devant le Parlement. Dans le document transféré à l’APN, et publié ce lundi 18 février, le Premier ministre évoque une « véritable renaissance nationale fruit de la continuité » s’agissant du bilan des quatre mandats. « L’appréciation du bilan de la période allant de 1999 à 2018, sous la conduite de M. le président de la République, peut se faire de deux manières, à savoir,  » celle des résultats atteints, ou celle des processus que la continuité à rendu possible », explique-t-il.

Concernant les résultats atteints, Ahmed Ouyahia évoque notamment la distribution de plus de quatre millions de logements alors que le nombre de logements s’élevait à cinq millions (avant 1999, NDLR) ». À l’arrivée du président Bouteflika en 1999, « plus de 1300 lycées ont été réceptionnés alors que le nombre des lycées qui existaient (en 1999, NDLR) s’élevait à 1200 », précise la même source.

« Le bilan physique de la période 1999 à 2018 peut également être complété par l’évolution des indicateurs du développement humain qui ont enregistré des sauts qualitatifs remarquables à l’image : (i) du taux de scolarisation aujourd’hui quasiment proche de 100% ; (ii) des taux de raccordements à l’eau potable, aux réseaux d’assainissement, ou à l’électricité très proches aussi de 100% ; (iii) de l’alimentation des foyers en gaz qui est passée de 30% à près de 60% aujourd’hui ; (iv) ou enfin du chômage ramené de 30% à 11% », poursuit-elle.

Ahmed Ouyahia passe ensuite au chapitre des processus conduits grâce à la continuité. « Tout processus de développement exige du temps et de la continuité, encore mieux lorsqu’il s’agit d’une reconstruction nationale à l’issue d’une tragédie multidimensionnelle. Là également trois exemples peuvent illustrer les fruits de la continuité sous la direction du Président Bouteflika », fait remarquer le Premier ministre qui cite trois exemples. Le premier est celui du « retour de la stabilité et la réconciliation nationale ».

LIRE AUSSI : Déclaration de politique générale : Ahmed Ouyahia fait le bilan du quatrième mandat du président Bouteflika 

« L’Algérie n’est pas le seul pays qui a eu à affronter une tragédie interne, faite de violence et de destruction. Cependant, c’est le seul pays qui a réussi à restaurer totalement la paix et la sécurité, mais mieux encore, à rétablir une véritable réconciliation nationale, au point de devenir une référence mondiale en la matière. Cela est le fruit de la persévérance favorisée par la continuité de la direction politique nationale », estime Ahmed Ouyahia.

Ce dernier souligne aussi la restauration de l’indépendance financière du pays . « En 1999, l’Algérie sortie d’un programme d’ajustement structurel, faisait face à un endettement extérieur de plus de 30 milliards de dollars. C’est la continuité qui a permis de mener une politique financière multidimensionnelle », rappelle-t-il.

« Il s’agissait de (i) rembourser par anticipation et par étapes, plus de 25 milliards USD de dettes à partir de 2003, (ii) de solder une dette extérieure additionnelle de plus de 6 milliards USD avec la Russie, (iii) de mettre un terme au recours à l’endettement extérieur public ou privé alors que le pays dispose d’importantes réserves de change, (iv) de mener une gestion prudente des réserves de change (v) et de constituer une importante épargne du Trésor au niveau du Fonds de régulation des recettes. Ce sont ces différentes mesures qui ont permis à notre pays de faire face sans dommages majeurs à la grave crise des prix du pétrole, survenue il y a cinq années », détaille le Premier ministre.

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici