Ali Benflis a estimé, ce dimanche 31 mars, que le « communiqué rendu public, hier, par le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire tire la sonnette d’alarme et appelle l’attention du peuple algérien sur la gravité de la situation actuelle ».

« Chacun d’entre nous mesure la gravité exceptionnelle de cette situation à laquelle le pays est confronté. En effet, nous sommes face à une crise politique, constitutionnelle et institutionnelle dans tous les sens de ces concepts. Chaque jour qui passe rend plus complexe cette crise et alourdit le coût de son règlement », assure le président de Talaie El Hourriyet.

Selon lui, il y a deux enjeux capitaux dans cette crise. « D’une part, la survie de l’Etat national et de l’autre, la réalisation des buts de la révolution populaire pacifique visant à redonner à cet Etat national et à l’ensemble de ses institutions le contenu populaire, citoyen et démocratique dont ils ont été vidés, tout particulièrement durant les deux dernières décennies d’un pouvoir personnalisé à l’extrême et exercé au moyen d’une vision, de méthodes et de pratiques purement totalitaires ».

Ali Benflis rappelle que le Haut Commandement de l’ANP « a réaffirmé son attachement à une sortie constitutionnelle de cette impasse » en proposant « comme cadre constitutionnel à cette sortie de crise une mise en œuvre combinée des articles 7, 8 et 102 de la Constitution ».

« Lorsque la survie de l’Etat national est en jeu, elle prend le pas sur toutes les autres considérations quelle qu’elles soient. Le mérite de cette démarche tient d’abord au fait qu’elle répond à une demande populaire pressante mais elle tient surtout à la trajectoire dans laquelle elle s’inscrit, celle de la défense de l’Etat national et des buts de la révolution démocratique pacifique », souligne-t-il.

Pour lui, le « choix fait par le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire de situer sa contribution au règlement de la crise actuelle dans les limites permises par un ordre constitutionnel que les forces extraconstitutionnelles s’emploient à rendre inopérant ». « Ce choix, malgré toutes les difficultés qu’il peut rencontrer, témoigne du caractère républicain de nos forces armées », assure le président de Talaie El Hourriyet.

« Enfin, la référence à l’article 28 de la Constitution dans le communiqué du Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire est loin d’être anodine. Lorsque l’indépendance et la souveraineté nationales sont menacées par un effondrement généralisé des institutions, la mission de préservation de l’Etat national est pour tous un devoir sacré », conclut Ali Benflis.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici