Ali Benflis a indiqué, ce mardi 26 avril, que l’application de l’article 102 de la Constitution demandée par vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’armée « n’est pas susceptible de constituer à elle seule une base – toute la base – pour le règlement de la crise ».

« Je retiens l’intention de l’Armée nationale populaire d’assumer son devoir patriotique en apportant sa contribution à une sortie de la crise actuelle, devenue d’une urgence extrême et de nature à épargner au pays une instabilité croissante porteuse de tous les dangers », a précisé le président de Talaie El Hourriyet dans une déclaration écrite.

« Je prends note de l’engagement de l’Armée nationale populaire– selon sa propre déclaration -, à apporter son soutien à un règlement « qui garantit la satisfaction de toutes les revendications légitimes » du peuple Algérien et « acceptable » pour tous », a ajouté la même source.

Ali Benflis a toutefois précisé que « compte tenu de la situation exceptionnelle que vit notre pays, la mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution n’est pas susceptible de constituer à elle seule une base – toute la base – pour le règlement de la crise ».

« De ce point de vue, l’application de l’article 102 devra impérativement être adaptée de manière que soient respectées les conditions de transparence, de régularité et d’intégrité que le peuple réclame afin de pouvoir exprimer son choix librement et sans contrainte et sans tutelle », a-t-il souligné.

LIRE AUSSI : Appel de Gaïd Salah à l’application de l’article 102 de la Constitution (Texte intégral)

3Je forme, de toutes mes forces le vœu que le règlement de la crise actuelle fournira des bases saines et solides à la refondation future de notre système politique que notre peuple demande et dont il attend l’émergence d’un Etat-Nation puissant, démocratique et moderne où le peuple Algérien prend lui-même la maîtrise de son destin », a-t-il conclu.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici