Tajamouâ Amal El Jazair (TAJ) sort de son mutisme et apporte un soutien conditionné à la proposition de l’institution militaire concernant l’application de l’article 102 de la constitution.

Amar Ghoul estime que la mise en œuvre dudit article demeure  » tributaire de l’adhésion du  mouvement populaire, de la jeunesse et de la classe politique ».

Dans un communiqué rendu public, ce jeudi 28 mars, Ghoul, cite d’autres conditions,  notamment, « l ’entente, la complémentarité, l’entraide et la solidarité entre toutes les institutions de l’État concernées ».

Tout comme le RND, TAJ plaide pour la désignation d’un nouveau gouvernement et une instance indépendante de surveillance des élections.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici