Ali Ghediri voit dans le message adressé par le président à la Nation, hier lundi, un « défi du système à toutes les générations et particulièrement la génération post-indépendance ». « Le peuple a demandé clairement le départ du système (…). Le peuple veille sur la légitimité constitutionnelle », écrit le candidat à l’élection présidentielle du 18 avril dont le report a été annoncé hier par le chef de l’État.

« Dans cette lettre, certains voient des concessions, d’autres voient une réponse au mouvement populaire, mais la réalité est autre. Le système est obligé à interagir et à répondre, il a perdu la liberté d’initiative », explique Ali Ghediri qui estime que le système tente de gagner du temps pour « se régénérer ». « Ce n’est pas une lettre à la nation, c’est une décision unilatérale prise par le système », a-t-il dit.

Pour lui, le système signe pour lui-même un « chèque à blanc » pour « un mandat qui couvre la vie du président actuel et peut être celle de ses partisans ». « Le peuple doit être conscient qu’il ne serre à rien d’attendre un quelconque changement de la part du système qui conserve les mêmes têtes », a-t-il insisté.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici