Ali Ghediri conteste, ce samedi 16 mars,  la décision  du Conseil constitutionnel  d’interrompre le processus électoral de la présidentielles du 18 Avril 2019 en appliquant un décret présidentiel « sans fondement légal ».

Tout comme les millions d’algériens qui sont descendus dans les rues partout en Algérie et à l’étranger, nous contestons cette décision anticonstitutionnelle. Nous avons, à mainte reprises, prévenu contre les dangers que représentait la sortie du cadre légal et milité pour la tenue d’élections libres et démocratiques », précise un communiqué du candidat.

Ali Ghediri reste convaincu  « qu’il est toujours possible de revenir à la raison et d’organiser ces élections avec le différé technique qu’a imposé la décision de leur report. En tout état de cause la date arrêtée ne saurait aller au-delà du début du mois de mai ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici