Ali Ghediri a réagi, ce jeudi 14 mars, au communiqué du Conseil constitutionnel en accusant l’institution d’avoir entériné une « violation grave de la loi ». « Nous constatons que le Conseil constitutionnel vient d’archiver les dossiers remis par les candidats au motif que l’annulation des élections présidentielles du 18 Avril 2019 avaient été annulées par une décision politique qui a trouvé en un décret présidentiel abrogeant celui par lequel le corps électoral a été convoqué, un semblant de fondement juridique », écrit le désormais ex-candidat à l’élection.

« Est-il utile de rappeler que le texte abrogé a déjà produit son effet ? Ce faisant, le conseil constitutionnel, institution suprême de l’Etat de droit garante du respect des lois, n’a fait qu’entériner une violation grave de la loi régissant la matière pour des considérations politiques subjectives », a-t-il assuré. Pour lui, le « régime politique a usé et abusé des pouvoirs que lui confère la constitution dans le seul but de sauver un système politique arrivé à son terme et que le peuple rejette ».

Selon Ali Ghediri, le Conseil constitutionnel « prive de la sorte des citoyens qui n’ont fait que se conformer aux prescriptions de la loi, de leur droit constitutionnellement consacré ». « Pour notre part, si nous prenons acte de cette violation flagrante de la constitution, nous n’en exigeons pas moins que le cadre constitutionnel soit respecté et que les élections prévues puissent se dérouler dans les délais impartis », a-t-il conclu.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici