Algérie Télécom a investi près de 300 milliards de dinars depuis 2014 pour l’acquisition d’équipements visant à améliorer davantage les prestations de service, a indiqué Houda-Imane Faraoun, ce dimanche 13 janvier à la chaîne III de la Radio nationale.

« Un total de 294 milliards de dinars ont été investis, sur les 4 dernières années, en équipements au niveau de toutes les filiales du groupe Télécom Algérie (Algérie Télécom, Mobilis et Algérie Télécom Satellite) », a précisé dimanche la ministre de la Poste, des télécommunications, des technologies et du numérique citée.

L’objectif de ces investissements effectués sur « fonds propres » est de à satisfaire la demande en bande passante « de plus en plus croissante », selon Houda-Imane Feraoun citée par l’agence de presse APS. En 2019, il est prévu « pas moins de 184 milliards de dinars d’investissements techniques », a-t-elle souligné, un chiffre qui ne concerne pas le déploiement dans les zones enclavés qui sera supporté, cette année, par le service universel.

Cette somme sera consacrée notamment à l’assainissement du réseau urbain d’Alger, l’investissement sur le FTTH (Internet haut débit en fibre optique), la finalisation des nouveaux câbles sous-marins et l’acquisition d’équipements satellitaires, a-t-elle détaillé. Elle a également fait savoir qu’une autre enveloppe de 23 milliards de dinars sera destinée au volet formation.

Lors de son intervention, la ministre a exclu une éventuelle ouverture du capital du groupe Télécom Algérie. Elle a estimé que ce groupe « fonctionne très bien », notamment avec la fusion de toutes ses filiales dans une seule entité. « L’État doit disposer de son outil public (groupe Télécom Algérie) pour faire face à tous les aléas, les télécommunications étant l’avenir de l’économie nationale », a-t-elle ajouté.

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici