Ahmed Benbitour, l’ancien chef du gouvernement, ne prendra pas part au sommet de l’opposition qui doit se tenir demain au siège du parti El Adala. «Je viens d’informer les organisateurs que je ne serai pas présent à la réunion de l’opposition », affirme, ce mardi 19 février, Benbitour à Actu-fil.com.

Ahmed Benbitour qui avait donné son accord de principe à Abdellah Djaballah, explique à Actu-fil.com les raisons de sa décision : « j’avais compris qu’on allait ( opposition: NDLR) se rencontrer pour tenter de faire un diagnostic commun de la situation politique qui prévaut dans le pays. C’était pour moi une occasion pour rencontrer l’opposition, débattre et essayer de sortir avec des propositions communes, et non une démarche pour soutenir un candidat unique de l’opposition », précise notre interlocuteur.

Benbitour ajoute qu’il ne peut pas soutenir un candidat, alors « que moi même je ne suis pas candidat ».

Il estime, par ailleurs, que désigner une candidature unique de l’opposition relève quasiment de l’impossible : « d’abord nous n’avons pas le temps de le faire, c’est déjà trop tard, puisque quelques semaines seulement nous séparent du lancement de la campagne électorale. Ensuite, poursuit-il, libre à celui qui pense que les élections sont ouvertes de prendre par à cette course et défendre son choix ».

L’ancien chef du gouvernement a annoncé samedi dernier qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle. Dans une déclaration rendue public, ce dernier a souligné que « l’organisation de ces élections, comme celles qui les ont précédées, n’annoncent aucun indice du changement tant désiré par les citoyens, mais aggraveront encore plus l’avenir de la patrie, par l’épuisement du stock de réserves de change et les pénuries généralisées qui en découleraient. D’où la nécessité d’une mobilisation soutenue pour la sauvegarde de la patrie », soutient-t-il.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici