Nouredine Bedoui, le ministre de l’Intérieur, a ouvert, ce samedi 19 janvier, un séminaire sur le phénomène de la harga sous le thème : «l’avenir de la jeunesse, une responsabilité partagée ». Le ministre qui a pris la parole pendant 25 minutes, a consacré l’essentiel de son intervention « aux efforts consentis par les autorités » pour dissuader les jeunes algériens à prendre le chemin de la mort.

Il citera alors une série de mesures entreprises, « en exécution au programme du président de la République », dont l’objectif est de créer un environnement socio-économique « adéquat » en faveur de la jeunesse algérienne. « Le plan d’action du gouvernement consacre 40% des logements sociaux aux jeunes de moins de 35 ans. Nous avons redynamisé le marcher de l’emploi, soutenu l’investissement et l’entreprenariat », précise Bedoui.

Qui est responsable de la tragédie des harragas en Algérie ? Si on prend en considérations les arguments du représentant du gouvernement, les autorités ne sont pas à incriminer.
Bedoui pointe du doit principalement les réseaux de passeurs de harragas dont les actions, dit-il, sont « minutieusement planifiées ». « Les enquêtes menées par les services concernées ont permis d’arrêter 344 personnes dont 24 ont étés condamnées à de lourdes peines de prison », souligne le ministre. Les passeurs de harragas sont très actifs sur les réseaux sociaux , avertit-il. 51 pages qui servaient de moyens de propagation pour lesdits réseaux ont été fermées , selon la même source.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Bedoui a laissé croire que certaines chansons, « dont les paroles sont pleines de désespoir », sont susceptibles d’encourager notre jeunesse à l’immigration clandestine. Invitant pour l’occasion ses auteurs à la sagesse.

Enfin, selon les statistiques communiquées, ce matin, par le ministre de l’Intérieur, 4000 candidats à l’immigration clandestine ont été secourus en mer en 2018, tandis que 96 personnes sont portées disparus.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici