Capture d'écran

Reporters sans frontières (RSF) a réagi, ce mercredi 26 décembre, à la condamnation de Adlène Mellah à un an de prison ferme. « Le journaliste et directeur de sites d’information Adlène Mellah a été condamné à un an de prison ferme pour “attroupement illégal”. Reporters sans frontières dénonce l’acharnement judiciaire dont le journaliste est victime depuis plusieurs mois », indique d’emblée l’organisation.

Dans son communiqué, RSF appelle les autorités algériennes « à mettre fin à l’acharnement  judiciaire ». « Rien dans la loi n’interdit à un journaliste de manifester. Cette condamnation inique et ubuesque n’a aucun sens. RSF demande l’abandon des charges et la libération du journaliste dans les plus brefs délais », a indiqué Souhaieb Khayati directeur du bureau Afrique du Nord de RSF.

« Les avocats du journaliste ont fait appel, l’audience a été fixée pour la mi-janvier », selon l’organisation qui rappelle que Adlène Mellah « est aussi appelé à comparaître à partir du 7 février 2019 dans le cadre d’une autre affaire ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici