Lancé depuis le 21 Août 2017, l’émission d’enchères « Affaire conclue » divertit les téléspectateurs de France 2. Un programme animé par Sophie Davant et son célèbre commissaire-priseur Harold Hessel.

Chaque jour en fin d’après-midi, l’émission Affaire conclue fait la pluie et le bonheur des téléspectateurs de France 2. Présenté par Sophie Davant, le programme sera interrompu à partir du 29 août prochain, en raison du lancement du mythique Tour de France. 

Un spécialiste généreux

Connu pour son rôle de commissaire-priseur dans Affaire conclue, Harold Hessel se démarque dans l’émission par son caractère aimable et généreux. Un trait de personnalité que le principal concerné assume pleinement. En effet, dans le cadre d’une entrevue menée par Télé 7 jours, l’expert avait avancé que les commissaires-priseurs étaient souvent vus comme des personnes très strictes, et qu’il était de ce fait fier de renverser la tendance avec son caractère. Toujours selon Harold Hessel, ses parents lui avaient toujours initié à la courtoisie et à la générosité. Un moyen selon lui de se sentir confiant en société. Passionné par l’ébénisterie, le Bordelais a évoqué son parcours. Il a ainsi affirmé sa fascination pour les mobiliers et les accessoires de décoration ainsi que son oeil d’expert dans le domaine de l’art africain, les estampes asiatiques mais aussi les miniatures persanes. 

Un métier à double-sens

Parmi les nombreux articles qui ont défilé sous ses yeux dans Affaire conclue, le commissaire-priseur est particulièrement tombé amoureux d’un surtout de table Second Empire du bronzier Pierre-Philippe Thomire. Un objet acquis par Pierre-Jean Chalençon après avoir déboursé 16 500 euros en janvier 2020 pour pouvoir l’obtenir. Le gérant de l’entreprise Harold Hessel Expertises a également évoqué ce qui le passionne dans son travail, notamment le fait d’être en quête d’objets d’art authentiques, qui ont souvent des valeurs émotionnelles très intenses pour le vendeur. A titre d’illustration, il avait appuyé son explication par la fois où une dame juive était venue dans l’émission pour céder deux candélabres en bronze doré, en vue de mettre une croix sur un passé éprouvant. En effet, il s’agissait de reliquats qui avaient appartenus à ses grand-parents, dont la maison avait été cambriolée au cours de la guerre.