Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, pense que la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat reste incertaine.

« L’entourage le plus proche du président ne sait pas encore si Bouteflika sera candidat ou non », a-t-il lancé, ce samedi 26 janvier, lors d’une conférence de presse organisée à Zéralda au lendemain de la réunion de son conseil consultatif. Makri semble tirer cette conclusion de ses réunions avec plusieurs représentants du pouvoir, notamment après son face à face avec Said Bouteflika, le frère du président.

Makri est persuadé aussi que l’ère du président Bouteflika est terminé, qu’il fasse ou non un autre mandat. À travers la participation du MSP aux élections présidentielles, le parti veut justement contourner le piège, « celui d’être écarter de la nouvelle ère politique », laisse entendre le président du MSP.

Ce dernier qui a obtenu hier le quitus de son « Majliss Echoura » pour se porter candidat aux présidentielles du 18 avril, a affirmé que son parti n’a pas monnayé sa décision contre un quelconque poste. « Le MSP n’est pas concerné par un quelconque avantage. Le gouvernement ne nous intéresse pas », affirme-t-il . Et d’ajouter: « le compte rendu fuité de ma rencontre avec les représentants du pouvoir prouve que le parti place l’intérêt du pays avant tout ».

Enfin, Abderrezak Makri a invité les cercles « occultes » qui « se disputent le pouvoir », à se conformer aux règles de la démocratie. « J’invite ces parties à créer des partis politiques et à participer à la vie politique en toute transparence », lance-t-il.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici