Le général Abdelghani Hamel, s’est exprimé, ce dimanche 14 avril, sur les informations diffusées la veille par Echorouk News. La chaîne de télévision privée avait indiqué l’ancien responsable de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a été convoqué par la justice militaire suite à ses déclarations sur des dossiers de corruption faites en juin 2018.

« Je n’ai reçu aucune convocation de la justice militaire et je ne détiens aucun dossier de corruption », a assuré Abdelghani Hamel. A-t-il été limogé à cause de l’affaire de la saisie de cocaïne comme l’a précisé la chaîne? « Je n’ai aucun lien ni de près ni de loin avec l’affaire de la cocaïne. Ni moi ni mon entourage immédiat. Mon éducation et ma culture ne me permettent pas d’avoir des liens avec ce genre d’affaires », a-t-il assuré à TSA.

« Mon ex-chauffeur (à la DGSN) doit répondre de ses actes devant la justice. J’ai beaucoup de respect pour la justice, laissons la faire son travail en toute souveraineté », a-t-il souligné.

L’ex-patron de la police dit aussi soutenir les décisions du chef d’état-major de l’armée concernant la réouverture des dossiers liés à la corruption dont celui de Sonatrach, de Khalifa Bank et d’El Bouchi (cocaïne). « Je soutiens et je salue la décision du chef d’état-major de l’ANP d’ouvrir les dossiers de corruption au niveau de la justice pour que tout le monde rende des comptes », a assuré Abdelghani Hamel.

En juin 2018, l’ancien responsable de la DGSN avait affirmé que la police était déterminée à lutter contre la corruption. « Nous sommes déterminés à poursuivre la lutte contre la corruption. Nous disons que celui qui veut lutter contre la corruption doit être propre. Même si notre institution n’est pas concernée par cette enquête, nous allons transmettre les dossiers en notre possession concernant cette affaire à la justice », avait-il lâché.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici