L’ancien président de l’APN, Abdelaziz Ziari, a réagi, ce mardi 26mars, au message de Gaid  Salah, vice-ministre de la défense, qui a demandé l’application de l’article 102 de la constitution. « C’est maintenant qu’il faut être prudent et vigilant pour préserver l’État algérien au delà des hommes, des partis et du système politique actuel », a-t-il précisé dans une publication postée sur sa page Facebook.

Pour Ziari, « les partis, majorité et opposition confondus, ont donné la preuve de leur incapacité à diriger le peuple ou à le représenter réellement ».  « Ils n’ont rien à imposer ».

Devant une classe politique « médiocre », l’ Armée « dirigée par un patriote ancien maquisard a encore une fois été obligée à arbitrer pour donner un début de solution à une crise où on voyait l’État commencer à s’effriter », ecrit-il.

Le plus dur et le plus important reste à faire, pense Ziairi : « rentrer dans un nouveau cycle historique avec le départ naturel de la génération qui a libéré l Algérie et construit les fondements de l’ État national. Démocratisation politique avec la fin de l’hyper présidentialisme et nouvel équilibre des pouvoirs,renforcement des pouvoirs locaux,et surtout des contre pouvoirs et modernisation d’ une économie maintenue dans l’archaïsme et la redistribution populiste de la rente sont des défis immenses ».

Dans les jours à venir, prévient Ziari « surenchères,récupération, revanchisme ne vont pas manquer.Mais encore une fois c’est le peuple par son comportement qui y mettra un terme ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici