Ali Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprise, a défendu lundi 14 janvier, à partir de Washington, les potentialités du secteur privé en Algérie. « Après toutes les épreuves douloureuses, aujourd’hui, l’Algérie se construit avec des institutions solides, une société civile vivace, un secteur privé important évoluant dans une économie en pleine mutation », a déclaré le président du FCE, dans un discours prononcé devant des congressistes et des membres du Conseil d’affaires Algéro-américain.
Haddad, qui assistait en compagnie du ministre de l’agriculture à la cérémonie de lancement du livre « Algeria and Transatlantic Relations », a ajouté que les réformes engagées par l’Algérie « va s’accélérer pour permettre la libération de tout son potentiel».
Le chef du FCE est revenu aussi sur la politique économique menée par le Président Bouteflika , qui a permis, selon ses dires , « de créer les conditions favorables à un développement et un élargissement plus important de la coopération algéro-américaine ». « L’Algérie recèle de nombreux domaines d’investissement et des ressources naturelles importantes telles que le phosphate, le fer, le manganèse et autres, encore peu exploités», note-t-il.
Le partenariat entre les deux pays dans le domaine énergétique et particulièrement celui des hydrocarbures s’est concrétisation, ces dernières années, « par des projets importants dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture et de la coopération scientifique et technique ».
Haddad doit se rendre aujourd’hui, en compagnie de plusieurs chefs d’entreprises, dans l’Etat de Californie pour rencontrer des opérateurs américains et discuter des opportunités de partenariat.
Haddad a affirmé que l’Algérie « est un pays stable », grâce à la politique de réconciliation nationale initiée par le président Bouteflika.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici