Le Conseil national de l’ordre des pharmaciens a indiqué, ce dimanche 10 mars, que l’appel à la grève « ne saurait être appliqué par les pharmaciens d’officine et les laboratoires de biologie médicale ainsi que les pharmaciens hospitaliers, sans qu’un service minimum ou un tour de garde ne soit organisé ».

« Dans ce contexte particulier, les pharmaciens doivent faire preuve plus que jamais d’abnégation au service de la protection de la santé publique », a ajouté l’organisation dans son communiqué. « Le pharmacien ne peut fermer son officine qu’après s’être assuré que les malades pourront recevoir chez un autre pharmacien, suffisamment proche, les secours dont ils auront besoin », rappelle la même source.

Le Conseil national de l’ordre des pharmaciens lance un appel « pour que ce formidable espoir généré par cette mobilisation reste pacifique et responsable et que les autorités y répondent en entérinant les décisions qui feront de notre Algérie un État de droit, libre, démocratique ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici